Comment acheter une voiture d’occasion sans se faire arnaquer?

 

« On appelle voiture d’occasion une voiture dont toutes les pièces font du bruit sauf le klaxon » – Pierre Dac

Pour commencer, chers lecteurs, laissez moi vous souhaiter une excellente année 2019 pleine de réussite et de santé pour vous et vos familles. Un grand merci pour votre fidélité à ce blog que j’anime maintenant depuis plus de 2 ans.

Bien que les divers gouvernements et certains maires s’acharnent avec constance à pourrir la vie des automobilistes depuis 20 ans (c’est mon moment gilet jaune !), la voiture reste l’outil principal de mobilité pour la grande majorité d’entre nous.

Mais une voiture ça coûte cher et c’est un mauvais investissement : mise à part certaines marques haute de gamme dite « premium » telles que BMW ou Audi, une voiture perd 20% de sa valeur à l’issue de sa première année de vie et 40% à l’issue sa 3ème année de vie !

Donc acheter une voiture neuve est une mauvaise opération financière mais ça offre en retour la garantie d’acquérir un véhicule fiable, sous garantie et doté de tout son potentiel. De ce point de vue, l’achat d’un véhicule en LOA (Location avec Option d’Achat) ou en LDD (Location Longue Durée) est une option intéressante à considérer puisqu’on ne paye que la décote du véhicule sur la durée de la location (plus la marge de l’intermédiaire).

La LOA/LDD permet d’ailleurs de rendre plus « abordable » les véhicules premium évoqués plus haut. En effet, leur décote étant moindre, les Q5, X5 et autre Cayenne deviennent plus accessibles que si vous les achetiez directement.

Ne vous étonnez donc pas de vous faire dépasser par de monstrueux X6 sur les autoroutes, ce n’est pas seulement le résultat d’un trafic de drogue florissant mais également celui d’une généralisation de la LOA/LLD qui représente aujourd’hui 1/3 des ventes de voitures neuves (50% pour les marques premium).

L’achat en occasion reste le plus intéressant financièrement

Mais si le critère financier est important pour vous, il vaut mieux s’orienter vers l’achat d’un véhicule d’occasion d’au moins 3 ans à un particulier plutôt qu’à un professionnel. Le risque de faire une mauvaise affaire est considérablement accru mais il existe des astuces pour réduire ce risque. Ayant moi-même acheté et revendu pas mal de véhicules d’occasion, voila quelques conseils qui vous seront utiles. 

Je ne m’étends pas sur la nécessité de s’intéresser en priorité aux annonces sérieuses demandant un prix correct, les gens sont en général assez vigilants sur ce point.

Pour commencer, si vous visez une voiture assez ancienne (année et/ou kilométrage), évitez absolument les boites automatiques qui coûtent une fortune à réparer, souvent plus que le prix de la voiture elle-même ! Le risque n’en vaut pas la chandelle. De même, si vous visez une voiture ayant 5 ans ou plus de 100.000 km (ou 40.000 km dans un pays chaud), inquiétez-vous du changement du kit de distribution qui peut coûter 600€. Si cela n’a pas été fait, vous devez le savoir absolument ! Une courroie de distribution qui pète est le plus sûre chemin vers la casse automobile la plus proche !

Ensuite demandez au vendeur s’il dispose de factures d’entretien de son véhicule. Si ce n’est pas le cas ou si les factures révèlent un entretien purement curatif, il y’a des chances pour qu’il ne soit pas très sérieux et vous devrez redoubler d’attention lors de la visite du véhicule. Dans le même ordre d’idée, une voiture lavée et révisée avant d’être mise en vente est, en général, le signe d’un vendeur sérieux.

Enfin, si vous visez absolument un prix qui est en dessous du prix affiché, parlez-en au vendeur dès la prise de contact, ça vous évitera à tous les deux de perdre votre temps.

Les étapes pour inspecter efficacement un véhicule d’occasion

Puis vient la visite du véhicule (vous n’achetez jamais à l’aveugle n’est-ce pas ? 😊 ) et c’est là que les choses pèchent en général : bizarrement et bien qu’on parle d’une somme d’argent conséquente, l’acheteur se contente trop souvent d’un tour superficiel du véhicule et d’une petite virée de quelques minutes pour prendre sa décision.

Hors, en étant un peu plus méthodique lors de cette étape, il est possible de se faire une idée précise des points faibles du véhicule (ne pas oublier qu’on parle d’une occasion) et d’éviter les (gros) problèmes et les arnaques. .

Pour débuter la visite du véhicule, faites le tour du véhicule en prenant votre temps. Repérez les différences de teintes et les problèmes d’alignement car ils peuvent révéler une voiture ayant été accidentée. Dans le même ordre d’idée, repérer des traces de corrosion sur le bas de caisse, le dessous des ailes et le pot d’échappement. Toujours sur la bas de caisse, rechercher des traces d’appui gaufrées en losange qui indiquent un passage au marbre, souvent de mauvaise augure sur la vie passée du véhicule.

Essayez, d’ouvrir et de fermer les portières et le coffre : il ne doit pas y avoir de résistance ni de grincement qui peuvent révéler que la carrosserie a subi un choc important. Dans le coffre, vérifier la présence de la roue de secours et du cric ainsi que l’absence de traces d’humidité qui peuvent révéler un défaut d’étanchéité (plutôt rare mais toujours pénible à traiter). Le coffre doit fermer correctement sans qu’il soit besoin de le claquer. 

Vérifiez l’usure des pneus et également la présence d’usure irrégulière qui révélerait un défaut de parallélisme.

Ouvrez ensuite le capot moteur et vérifiez l’absence de fuite et de corrosion des pièces. Profitez-en pour vérifier les niveaux (huile moteur mais aussi refroidissement, frein, direction et glace si vous arrivez à les repérer), ce sera l’occasion de voir si votre vendeur est sérieux et s’occupe de son véhicule.

Rentrez-en ensuite dans l’habitacle, vérifier le kilométrage (on a parfois des surprises) et le bon fonctionnement des équipements électriques : vitres, rétroviseur électrique, radio, phares, clignotants, essuie-glace et jet de lavage. Soulevez moquette et housses pour vous faire une idée de l’état de la sellerie et repérer des problèmes éventuels.

Il est temps d’aller faire un tour…

Enfin, vous devez demander à faire un tour avec le véhicule. Evidemment le démarrage moteur ne doit laisser aucun voyant allumé mais le ralenti doit également être stable et pas trop haut en régime, ce qui peut révéler un problème de réglage ou de capteur moteur.

Lancez la climatisation (si elle existe) et laissez-la tourner pendant tout l’essai pour vous assurer qu’elle fonctionne et ne dégage pas de mauvaise odeur.

Sortez regarder l’échappement et vérifiez l’absence de bruit métallique et de dégagement important de fumée : noire, blanc ou bleu c’est toujours mauvais signe. Une fumée blanche avec une apparence de nuage épais révèle en particulier un défaut de joint de culasse qui coûte une fortune à réparer (entre 1000 et 3000€).

Braquez ensuite les roues à fond dans un sens et dans l’autre pour vérifier l’absence de claquement qui révèlerait un problème de cardans. Passez ensuite la troisième, tirez le frein à main et accélérer. Le moteur doit caler sinon cela indique que l’embrayage est usé.

Au cours de l’essai sur route, essayez toutes les vitesses, y compris le R afin de vérifier que tout passe de manière fluide sans craquement. La direction ne doit pas tirer à droite ni à gauche et la direction assistée ne doit pas avoir de jeu ni de point dur.

Plus délicat, il s’agit maintenant de tester le freinage sur une route dégagée : vérifiez que la voiture ne se déporte pas et que le freinage ne génère pas de vibration dans le volant ce qui indiquerait un problème sur le train avant (rotule, biellette, silent bloc). Un problème de train n’est pas dramatique mais il faut quand même compter 150 à 250€ de frais de réparation. S’il y’a un ABS, freinez fort, des trépidations doivent agiter la pédale mais les roues ne doivent pas se bloquer ! si c’est le cas, cela veut dire que l’ABS est fichu et qu’il vaut mieux passer son chemin.

Au retour, soulevez à nouveau le capot du moteur pour vérifier l’absence d’odeur de brûlé et de suintement au niveau du moteur.

En faisant ce quelques vérifications, vous vous assurez normalement que vous n’aurez pas de réparation lourde à effectuer sur votre occasion. Evidemment on parle d’une voiture d’occasion donc ne cherchez pas la perfection, c’est illusoire. Mais vous saurez au moins où vous mettez les pieds et vous aurez des arguments pour négocier le prix à la baisse !

Si vous avez d’autres conseils pour vérifier un véhicule d’occasion, n’hésitez pas à les partager dans les commentaires !

Ci-joint en cadeau une check-list des points à vérifier lors d’un achat de votre véhicule d’occasion. 

Be the first to comment on "Comment acheter une voiture d’occasion sans se faire arnaquer?"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*