Identifiez et éliminez vos sources de stress récurrent

imageCrédit photo Bernard Goldbach

En me rendant un jour au travail, je croisais une femme qui manœuvrait pour se garer sans y arriver pendant que des dizaines de voitures patientaient de plus en plus nerveusement derrière elle. Plus elle retentait ses manœuvres, plus elle était gagnée par le stress et plus elle s’y prenait mal. Je finis par lui demander pourquoi elle insistait autant au lieu d’aller trouver une autre place de parking (la place qu’elle convoitait était assez petite) et elle me répondit à moitié en pleurs qu’il “fallait bien qu’elle se gare comme tous les jours pour aller travailler”.

Cette femme stressait de manœuvrer pour se garer ce qui ne contribuait pas vraiment à son taux de réussite et s’imposait ça tous les jours, recevant à chaque fois cette décharge d’adrénaline qui ressemble à un mini-coup de poignard dans le cœur.

Dans notre vie, nous sommes forcément confrontés à un moment ou à un autre à des sources de stress plus ou moins violentes, celle d’un examen, d’un enfant qui se fait vraiment mal ou d’un accrochage en voiture par exemple. Le problème vient des sources de stress qui sont récurrentes et qui correspondent à un moment de la journée que nous redoutons : le moment où il faut se garer dans une rue remplie de voitures, celui où nous marchons dans une rue qui nous angoisse, cette rame de RER forcément blindée qu’il faut prendre en fin de journée, cette réunion avec ce collègue avec lequel vous avez régulièrement des disputes orageuses, rentrer dans votre appartement dont vous ne supportez plus les vieux meubles donnés par votre mère, devoir faire la vaisselle en fin de repas alors qu’on déteste ça, se demander chaque soir si on parviendra à récupérer les enfants avant la fermeture de l’école, etc.

Les stress récurrents sont des grains de sable durablement installés (ce qui veut dire que vous ne parvenez pas à les surmonter avec la pratique) qui pourrissent lentement mais surement votre cadre de vie et qui usent progressivement votre moral et votre santé.

Il est important d’apprendre à les détecter mais c’est moins facile que ça en a l’air car l’être humain est adaptable et s’habitue à tout. Les sources de stress sont toujours là mais elles font peu à peu partie d’une routine qui les rend familières et transparentes. Ce que vous prenez pour des traits de caractère (tristesse, énervement, mélancolie, fatigue chronique, etc.) sont en fait le résultat de votre environnement. Il y’a donc un véritable effort à faire pour identifier puis supprimer ces sources de stress afin de « fluidifier » votre journée.

A l’époque où je vivais en région parisienne, j’étais littéralement épuisé par l’heure de route que je faisais deux fois par jours pour aller de mon domicile à mon travail. Je pensais que ça venait de la durée du trajet sur un périphérique surchargé mais j’ai réalisé un jour que j’avais à chaque fois un pic de stress au passage de deux échangeurs quand il fallait rentrer sur une autoroute et passer sur la voie de gauche malgré les chauffards qui refusent de vous laisser passer, les voitures qui rentrent dans votre angle mort malgré le clignotant et les motards suicidaires qui déboulent entre deux files de voitures. Bien que je n’ai jamais eu d’accident, j’était persuadé que les statistiques étaient contre moi et qu’il y’aurait forcément un problème un jour. J’ai donc décidé de changer de trajet afin d’éviter ces échangeurs, sans forcément gagner sur la durée mais cette simple décision à vraiment changé ma vie. La conduite à 30 à l’heure de moyenne dans de bonnes conditions n’est pas en soi désagréable.

Essayez de faire l’exercice et de détecter ces moments de la journée ou de la semaine que vous redoutez ou qui suscitent un malaise. Puis traitez les sans état d’âme car ces frictions quotidiennes impactent votre moral, génèrent un état permanent de fatigue ou de lassitude, vous obligent à vous anesthésier pour pouvoir les supporter. Vos solutions seront parfois coûteuses en temps et en argent mais sachez que c’est rarement un mauvais investissement. La femme du début de l’article aurait par exemple pu louer une place de parking dans les environs de son travail puis marcher ou prendre le métro pour se rendre à son travail. C’est certes un budget mais c’est le prix d’une journée fluide et sereine. Dans certains cas, vous vous rendrez compte que vous baignez littéralement dans le “stress récurrent” et il faudra alors vraiment se poser la question de changer d’environnement.

Be the first to comment on "Identifiez et éliminez vos sources de stress récurrent"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*