La magie de Paretto

MinimalismeCrédit photo Louise Leclerc

Dans son bestseller « La semaine de 4h » publié en 2007, Tim Ferris remet au goût du jour une loi appelée « loi de Paretto ». Cette loi est assez simple dans son énoncé : 80% des effets sont produits par 20% des causes.

Mais son champ d’application est extrêmement large : 20% des efforts produisent 80% du résultat, 20% de vos amis nourrissent 80% de votre réseau social, 20% de vos clients représentent 80% de vos affaires ou, à l’inverse, de vos enquiquinements, etc.

Luttez contre la tentation du perfectionnisme

Cette loi dit beaucoup de choses. En premier lieu qu’un des pires ennemis de votre efficacité personnelle est l’excès de perfectionnisme qui va chercher les 20% de reliquat qui coûtent 80% de l’effort. Quand vous entreprenez une tache, demandez-vous toujours quelle est sa finalité et coupez les branches qui dépassent. Bien souvent, comprendre la question, c’est déjà y répondre à moitié.

J’ai travaillé un temps pour un chef qui demandait des actions sans queue ni tête : il exigeait par exemple de produire en urgence une fiche de 20 pages sur tel sujet. Quand on s’interrogeait sur sa finalité, on découvrait que c’est parce que tel directeur avait posé telle question précise (donc beaucoup moins large que le sujet de la fiche) dans tel comité de direction. Une réponse directe sous forme d’un mail de 5 lignes aurait suffit à traiter son besoin.

Dans le monde de l’entreprise comme de l’administration, j’ai souvent remarqué que les cadres qui étaient détectés comme « haut potentiel » et faisaient des carrières brillantes n’étaient pas les plus laborieux ni les plus appliqués mais bel et bien les plus rapides, ceux qui savaient « lire » un besoin ou une situation et y répondre efficacement.

Apprenez à faire le tri

En deuxième lieu, la loi de Paretto doit vous pousser à savoir faire du tri : si vous êtes sollicités en permanence par votre réseau social, apprenez à privilégier les 20% d’amis qui comptent vraiment pour vous. La loi de Paretto vous enseigne que les 80% restant ne contribuent que marginalement à votre bonheur. Prenez le temps de réfléchir à ça.

Certains entrepreneurs passent leur vie à courir après toutes les opportunités qu’ils rencontrent et s’épuisent sans aller au bout de rien. C’est une erreur très courante qui touche des profils très dynamiques mais qui sont obsédés par la peur de passer à côté de quelque chose (« fear of missing out »).

Dans une de ses vidéos que j’ai particulièrement aimée, le blogueur français Olivier Roland justifie ainsi sa décision de n’être joignable que sur sa messagerie email qu’il relève une fois par jour et non sur son téléphone portable ou ses réseaux sociaux, malgré toutes les occasions de faire du business qu’il manque en faisant ce choix.

Un de mes amis se passionnait pour les placements patrimoniaux et saupoudrait son patrimoine dans des placements exotiques (bouteilles de vin, défiscalisation outre-mer, voitures anciennes, etc.) qui n’étaient pourtant à envisager que dans une logique de diversification pour un patrimoine très largement supérieur au sien. Il n’avait pas compris qu’il faut d’abord s’occuper des 20% de placements qui font 80% d’un patrimoine (liquidités, immobilier et assurance vie) et il a fini par perdre beaucoup d’argent.

L’art du minimalisme

20% de vos possessions suffisent à couvrir 80% de vos besoins, le reste relève souvent du superflu. C’est tout le sens d’une démarche qui connait un grand succès depuis quelques années qui s’appelle le « minimalisme ». Cette démarche popularisée par le livre « L’art d’aller à l’essentiel » de Leo Babauta incite à se concentrer sur nos biens les plus essentiels et à se débarrasser de tout ce qui nous encombre. De nombreux blogs sont consacrés à ce courant comme par exemple « maman minimaliste« .

Faire le tri est un exercice difficile car « choisir c’est mourir un peu ». Mais la loi de Paretto nous enseigne que le monde ne s’écroule pas si on se concentre sur les 20% qui comptent vraiment. Et s’occuper de notre famille en fait évidemment partie.

1 Comment on "La magie de Paretto"

  1. J’aime le travail bien fait, mais je sais que le perfectionnisme est une blague, l’humain est imparfait donc en prendre sont parti. Par contre ne pas bâcler ses tâches, juste « bien faire ». Puis être un paresseux intelligent donc réfléchir avant d’agir, je tente de rentabiliser mes (petites) actions pour en obtenir un maximum. Ceci je l’applique dans ma vie domestique car voila longtemps que je n’exerce plus d’emploi salarié mais le principe est le même dans toute nos actions de vie, ce qui nous permet de garder du « temps pour le plaisir de vivre » !!

Leave a comment

Your email address will not be published.


*