J’ai eu du mal à y croire … mais cette méthode fonctionne vraiment !

Si vous suivez ce blog depuis ses débuts, vous avez peut-être lu cet article dans lequel j’explique pourquoi vous devez savoir avant tout établir votre liste de taches (la « todo list») si vous voulez être efficace. Pour cela je recommandais d’utiliser la méthode Getting Things Done décrite par D.Allen dans son best-seller « S’organiser pour réussir ».

Le problème des liste de tâches

Le problème est qu’une fois que vous maîtrisez l’art d’établir vos « todo list », vous vous retrouvez souvent face à une liste longue comme le bras de taches à réaliser. C’est d’autant plus vrai que, quand on commence à être vraiment organisé, quand on se rend compte de tout ce qu’on peut réaliser en une journée, la tête se remplit de projets nouveaux qui viennent encore alourdir votre todo liste.

Vous pouvez alors réaliser des choses vraiment extraordinaires tel Steve Pavlina qui a décrit dans son petit livre « Faites-le maintenant » comment il a réussi à décrocher deux diplômes universitaires (un en sciences de l’informatique et un en mathématiques) avec mention en 18 mois au lieu des 4 ans requis par un étudiant normal, tout en occupant un emploi de programmeur au cours de son dernier semestre. Ce petit livre, que j’ai évoqué dans un précédent post, vaut son pesant d’or et je vous le recommande vraiment d’autant plus qu’il se lit très vite.

Mais, personnellement, je n’ai pas la volonté d’un Steve Pavlina. Face à une liste de taches interminable, ma volonté fléchit et j’ai alors tendance à procrastiner. J’obtiens l’effet inverse de l’effet recherché : au lieu de me rendre plus efficace, la liste de todo me décourage et me rend improductif. C’est le cas de beaucoup d’entre nous.

Une méthode étrange à laquelle j’ai mis du temps à adhérer

C’est là qu’intervient une méthode de productivité assez bizarre mais qui a rencontré un grand succès en raison de son pouvoir anti-procrastination : la méthode dite « Pomodoro ». La méthode Pomodoro est une technique de gestion du temps développée par Francesco Cirillo dans les années 80. Elle consiste à découper vos taches en sessions de 25 minutes appelés « Pomodoro » (qui représente un minuteur en forme de tomate).

La technique est assez simple et se présente comme suit :

  • Vous décidez de la tâche à effectuer ;
  • Vous régler votre minuteur sur 25 minutes ;
  • Vous travaillez sans interruption sur votre tâche jusqu’à ce que le minuteur sonne. Vous ne faites vraiment rien d’autre que votre tache pendant ces 25 minutes !
  • Vous prenez alors une courte pause de 5 minutes ;
  • Tous les 4 pomodoro, vous prenez une pause plus longue de 15-20 minutes.

Normalement, là vous me dites : « OK bof, c’est quoi l’intérêt?! ». Pour être honnête avec vous, je me suis longtemps posé la même question et j’ai mis du temps à adhérer à la méthode. Lorsque j’étais lancé dans une tache, j’avais du mal à m’arrêter au milieu parce qu’un stupide minuteur (en l’occurrence celui de mon ordinateur ou de mon téléphone) se mettait à sonner. Je trouvais que c’était une perte de temps.

Pourquoi cette méthode est VRAIMENT efficace

Mais j’avais tort. A l’usage, le grand bénéfice de cette méthode est apparu progressivement : elle permet en effet de lutter efficacement contre le problème de procrastination que j’évoque plus haut. En découpant le travail à réaliser en sous-taches de 25 minutes, elle rend la montagne de todo beaucoup plus accessible à l’esprit. Celui-ci se dit « OK 25 minutes ce n’est pas la mer à boire. Je ne ferai peut-être pas grand-chose, peut-être que ce n’est pas la meilleure des priorités mais au moins j’avancerai ».

D’une certaine façon, la technique Pomodoro permet de mettre en application cette citation célèbre de l’écrivaine turque  Elif Shafak : « Ne te demande pas où la route va te conduire. Concentre-toi sur le premier pas. C’est le plus difficile à faire ». Et le fait est qu’en 25 minutes, on fait pas mal de choses, surtout si on accumule les pomodoro les uns derrière les autres. L’important est vraiment de respecter les pauses qui sont imposés entre chaque pomodoro car c’est ce qui permet de garder le bénéfice de la méthode.

Credit photo Marco Verch – The Pomodoro Technique : Effective Time Management Method

L’autre effet de la méthode, celui qui est évoqué traditionnellement, est que vous gagnez en productivité : le fait de savoir que le minuteur va sonner dans les 25 minutes à venir vous amène à vous concentrer vraiment sur votre tache pour la finir dans ce créneau. Si ce n’est pas le cas, ce n’est pas grave : vous lancerez un nouveau pomodoro pour la terminer. Mais l’esprit est quand même aiguillé par ce défi qui consiste à boucler la tache dans le laps de temps imparti.

Enfin, vous améliorez aussi votre planification. Au début, vos pomodoros sont trop ambitieux mais peu à peu, vous apprenez à découper votre todo list en sous-taches réalisables en 1, 2 voire 3 sessions de 25 minutes, de manière instinctive et sans effort.

Vous vous surprenez à raisonner en « pomodoro » : j’ai par exemple pris l’habitude de rentrer le soir et de consacrer un pomodoro à m’occuper de la maison (arroser les plantes, ranger les affaires qui traînent, lancer une lessive, etc). Je ne fais pas de bricolage pendant ce laps de temps car je sais que ça risque de m’amener à déborder mon créneau de 25 minutes. Je m’occupe donc de la maison tout en sachant que ça ne compromet pas la suite de mon planning.

Quelles sont les contre-indications à cette méthode ? il semble que la méthode soit difficile à appliquer pour des travaux de fond qui nécessite une mobilisation intense de l’intellect. Les coupures auraient en effet tendance à diminuer la productivité dans la réalisation de la tâche. Mais c’est un effet que je n’ai personnellement jamais constaté.

Donc je vous engage à vous laisser tenter et à essayer cette méthode, d’autant qu’elle est très simple à appliquer, contrairement à pas mal de méthodes de productivité personnelle. Lancer votre minuteur, mettez un peu de musique et lancez-vous dans une tache, n’importe laquelle. Jetez un coup d’œil de temps en temps au minuteur et il y’a des chances pour que vous vous disiez « ah oui, il reste 8 minutes quand même : j’ai pas mal avancé ! ».

Et au fait, il m’a fallu 2 pomodoro pour écrire cet article. 😉

Et vous? avez-vous déjà essayé la méthode pomodoro? Parlez-en dans les commentaires!

Be the first to comment on "J’ai eu du mal à y croire … mais cette méthode fonctionne vraiment !"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*