Occupez-vous de vos enfants!

Occupez vous de vos enfantsCrédit photo B Fatty

L’éducation des enfants n’est pas le thème principal du blog efficacite-familiale et internet ne manque pas de ressources qui apportent beaucoup de valeur comme par exemple le blog Les supers parents. Néanmoins, toujours dans l’idée de fournir des réponses simples et efficace qui ont fait leur preuve, j’aborde aujourd’hui le cas des enfants au comportement perçu comme ingérable face auxquels nous nous sentons souvent démunis et qui détériorent la sphère familiale.

Un enfant insupportable

J’ai notamment vécu le cas avec mon garçon Gabriel qui s’est soudainement mué en diablotin insupportable à l’âge de 6 ans. Accumulant les bêtises, les disputes violentes, les comportements dangereux et les esclandres en public, il semblait imperméable à tous les discours, des menaces (« tu seras punis très fort si tu te fais mal ») à l’explication rationnelle (« tu vas te faire très mal si tu continues comme ça ») en passant par le discours moralisateur (« maman sera très triste si tu te fais mal »). Il se contentait de regarder le sol ou le vide comme s’il commettait ces actes malgré lui, sans le vouloir.

J’ai naturellement essayé le recours aux taloches pour tenter de résoudre la situation (oui j’ai honte!). Mais force est de constater que ça ne marche qu’au début, l’enfant semblant par la suite s’insensibiliser à la douleur et développant même des comportements sournois dans un jeu malsain de cache-cache avec l’adulte. Bref, ça ne résout pas la situation sur le fond et ça amène des effets indésirables.

La clé du problème

J’ai trouvé la clé du problème quand, après une énième colère mémorable dans laquelle j’avais été particulièrement dur avec Gabriel, je suis allé à lui pour m’excuser puis ai passé deux heures à jouer avec lui. Et là, miracle, il s’est mué en anges pendant quelques jours. J’ai recommencé l’expérience avec le même succès alors même que j’avais le sentiment jusque-là de « bien » m’occuper de lui. Mais ce n’était visiblement pas le cas. Il avait droit à son créneau d’attention dans mon emploi du temps surchargé et j’estimais que ce n’était déjà pas mal … mais ce n’était pas suffisant.

Face à certains de leurs comportements, on prête aux jeunes enfants une malice qu’ils n’ont pas en réalité, tout simplement parce qu’ils n’ont pas la maturité suffisante pour cela. En grandissant ils deviennent plus autonomes ce qui permet aux parents de souffler après les « années bébé » mais les besoins d’interactions avec les parents sont toujours bien présents. Ces besoins deviennent plus évolués, l’enfant ressent le besoin de « vivre des expériences » et d’être accompagné pour cela. Ça ne sert à rien de lui dire « c’est facile tu fais comme ça et comme ça » car, à ce stade, leur capacité d’apprentissage s’appuie sur l’imitation et la pratique et peu sur la théorie.

Crédit photo Michel Riallant

Crédit photo Michel Riallant

On me répondra qu’il peut jouer avec ses frères/sœurs/copains et c’est d’ailleurs ce qu’il fait mais « s’amuser » et « faire des expériences » n’ont pas la même finalité et un enfant a besoin des deux. En l’absence d’un adulte qui l’aide à « absorber le monde » (et aussi à le rassurer), l’enfant s’abrutira devant la télé et fera des bêtises parce que c’est une façon pour lui de dépenser cette formidable énergie vitale qu’il peine à canaliser et d’obtenir cette attention qu’on lui refuse.

Un truc simple pour vous aider

Chaque enfant est différent, chaque âge a ses besoins et certains enfants sont plus autonomes que d’autres. Mais face à un enfant qui a un comportement difficile de manière récurrente, sachez que passer du temps avec lui pour faire des activités (et pas seulement parler !) et des expériences (ah le dentifrice d’éléphant !) est souvent – sinon toujours – la clé du problème.

Il est clair que ce n’est pas facile, on a souvent le sentiment de régresser et de perdre son temps alors qu’il y’a du boulot qui nous attend. Donc voila un truc simple pour vous aider : fixez-vous un créneau de temps, typiquement 15 à 45 minutes, et dites vous que ce n’est pas grand-chose dans une journée. Ne vous occupez de rien d’autre que de passer du temps avec votre enfant pendant ce créneau. Une fois échu, retournez simplement à vos activités. Mais il arrivera souvent que vous preniez finalement du plaisir à ce moment et débordiez largement sur l’horaire! 😉

2 Comments on "Occupez-vous de vos enfants!"

  1. Bravo pour cet article Nicolas (et pour ton blog)!! C’est ce qu’Isabelle Filliozat appel « remplir le réservoir de l’enfant ». Un enfant, comme une voiture, marche au carburant : ce carburant c’est l’amour et l’attention que nous lui offrons. Une fois le réservoir bien remplis, nos loulou rassasiés sont généralement bien plus facile à gérer.
    A bientôt

    • Merci Olivier pour ton commentaire et tes encouragements. Effectivement, Gabriel est un petit garçon qui demande beaucoup de « carburant » (mes filles sont plus autonomes) mais en retour il est extraordinaire de dynamisme, d’inventivité et ses résultats scolaires sont étonnants. J’aime beaucoup le blog les supers parents, j’espère que votre projet de classe alternative prend forme, je suis impatient de connaitre la suite. Amicalement Nicolas

Leave a comment

Your email address will not be published.


*