Apprenez à votre enfant à réussir ses études

Réussite scolaire

« Le talent, c’est avoir l’envie de faire quelque chose. Et tout le restant, c’est de la sueur, c’est de la transpiration, c’est de la discipline. » – Jacques Brel

Quand j’étais au lycée, mon meilleur ami était vietnamien. C’était un excellent élève et on se tirait la bourre pour être premier de la classe. C’était un gars extraordinaire et très doué. Pourtant bizarrement, et bien qu’il ait réussi le bac scientifique avec mention « Très Bien », il n’a pas osé allé en classe préparatoire aux grandes écoles d’ingénieur alors qu’il avait tout à fait le niveau pour ça. C’était trop gros, trop loin de ce que lui, fils de boat-people, et sa famille connaissaient. Il a préféré faire la fac.

Pas autant d’élèves doués qu’on le croit

Loin de moi l’idée de dénigrer son choix mais il l’a fait pour de mauvaises raisons. Pour avoir côtoyé des tas d’excellents élèves dans une des meilleures prépas de France, je peux garantir que 80% d’entre eux réussissent parce qu’ils ont de bonnes méthodes et non parce qu’ils sont supérieurement doués. Et d’ailleurs, beaucoup d’entre eux sont fils de profs. Moins de 20% d’entre eux réussissent parce qu’ils ont vraiment un don qui les place au-dessus des autres.

Un bon quart de ces élèves abandonnera en cours de route, un autre quart baissera les bras en se laissant mollement porter par le flot. Donc la première leçon à retenir, c’est de ne pas avoir peur de la concurrence. Rien qu’en restant « tranquillement discipliné » sur la durée, on est déjà sûr de finir dans la première moitié. S’il fallait ne travailler que deux qualités pour réussir, ce serait la mémoire et la volonté. Laissez tombez l’intelligence, ce n’est pas du tout le meilleur atout !

Crédit photo Ibal

La 2ème leçon, c’est de ne surtout pas se laisser démotiver par les notes : les notes ne sont qu’un indicateur à un instant T. Une mauvaise note, c’est simplement l’indication qu’il y’a un problème à résoudre, une clé à trouver. Restez enthousiaste, c’est le plus important. J’ai connu un élève qui a aligné les taules pendant toutes sa 2ème année de prépa et qui a pourtant fini par rentrer à Polytechnique. Ce n’était pas un génie mais il s’est accroché jusqu’au bout et a décroché la timbale.

La 3ème leçon, c’est qu’il y’a quelques techniques à connaitre.

Quelques techniques vraiment utiles

L’une d’elle semble évidente : il s’agit de bien maîtriser son cours. Évidente oui, mais pas pour la raison que tout le monde imagine : bien maîtriser son cours est indispensable car, face à une question, ça permet de savoir que la solution peut vraiment être trouvée par un raisonnement logique et qu’il ne manque pas une donnée d’entrée. Sinon par défaut, le cerveau – qui est partisan du moindre effort – se dit « OK, je n’arrive pas à trouver mais c’est normal car il y’a sans doute une pièce du puzzle qui manque donc inutile de se fatiguer ».

Les meilleurs élèves, ceux qui sont au sommet de la pyramide, connaissent non seulement leur cours sur le bout des doigts mais ils prennent également de l’avance sur ce cours, font des recherches et vont au-delà de ce qu’on leur apprend en classe. L’enthousiasme est leur « dieu intérieur », celui avec lequel ils se projettent en se cherchant à mettre ces cours au service de leur passion. C’est le Graal ultime de la réussite scolaire.

Une autre technique que j’ai apprise en classe prépa est d’apprendre le cours en cours. Oui c’est dur, surtout au début. Mais c’est redoutable car ça vous permet non seulement de gagner un temps fou mais également de rester mobilisé activement sur le cours. Vous aurez du mal à le mettre en place mais croyez-moi, c’est une technique qui vaut vraiment le coup.

Les rappels de mémorisation pour apprendre sans effort

Une autre astuce redoutable est celle des rappels de mémorisation. Elle consiste à apprendre le cours puis à se le remémorer quelques heures plus tard, puis le lendemain, puis à des périodes de plus en plus espacées, souvent en exploitant les moments creux de votre journée (attente chez le médecin ou à la cantine, etc.). Cette technique permet d’inscrire les informations dans la mémoire à long terme ce qui participe directement à leur maîtrise.

Là vous vous dites peut-être : « oui c’est bien beau mais je vais saturer ma mémoire à long terme ! ». Et bien pas du tout, la capacité théorique de mémorisation du cerveau humain est phénoménale, l’équivalent de plusieurs centaines voire milliers de Gigaoctets ! Donc ne vous inquiétez pas pour cet aspect-là.

Au risque de choquer, le dopage fait aussi partie des trucs à connaitre : il y’a des tas de substances (légales !) qui aident à se calmer, à mémoriser, réfléchir, dormir, etc. surtout à la veille d’un examen. La mélatonine, par exemple, est un bon somnifère qui a peu d’effet secondaire. Il faut apprendre à connaitre les « dopants » qui marchent (chaque individu est particulier) et ne les utiliser qu’à bon escient sinon ils perdent de leur efficacité et ont des effets indésirables. Gardez aussi à l’esprit que le meilleur des dopants reste le sport et que votre pire ennemi est le manque de sommeil. Préservez votre capital de sommeil et ne jamais (jamais !) réfléchir en état de (grosse) fatigue.

Les mind-maps, un outil magique

Enfin, il existe également un outil peut connu et pourtant très efficace pour l’apprentissage qui est le mind-mapping (ou « schémas heuristiques » en bon français). Il s’agit d’une technique de représentation des informations qui a été inventée par Tony Buzan dans les années 70.

Crédit photo jean-louis Zimmermann

Le mind-mapping est souvent associé au brainstorming mais il a de nombreuses autres applications et personnellement, je l’utilise systématiquement chaque fois que je suis une formation. Si vous souhaitez vous initiez à cette technique, je vous conseille de lire le best-seller « une tête bien faite » de T.Buzan.

Le mind-mapping permet non seulement de mémoriser plus rapidement un cours mais il permet également de bien appréhender sa structure, de détecter ses incohérences et ses insuffisances. Associé avec la technique de rappel de mémorisation, c’est un outil vraiment redoutable. A long terme, il a également l’intérêt de développer la « pensée irradiante » c’est à dire la capacité à étudier un problème sous différents angles et à créer des liens logiques.

Il existe d’autres techniques mais celles-qui sont évoquées dans ce post ont l’avantage d’avoir un bon ratio effort/efficacité.

Merci d’avoir lu cet article. Partagez dans les commentaires vos propres astuces pour être un étudiant au dessus du lot! 😉

Be the first to comment on "Apprenez à votre enfant à réussir ses études"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*